Pour vous qui croyez encore que l’alimentation japonais est saine.      日本の食生活、、本当にヘルシーで健全?

Hé oui, je vais peut être jeter un pavé dans la marre des idées reçues…!

Prise dans le piège à mon arrivée, j’ai fait pas mal d’erreurs  faute de connaissances.

"ittadakimasu" est la phrase qui se dit avant de manger.  Une courte prière en remerciement au personnes et animaux grâce à qui l'on peut manger ce repas. Signifiant littéralement "je reçois".

« ittadakimasu » est la phrase qui se dit avant de manger.
Une courte prière en remerciement aux personnes et animaux grâce à qui l’on peut manger ce repas. Signifiant littéralement « je reçois ».

 Sur les plats, les indications:
« hormones » pour la viande
« glutamate » pour les tsukemono (pickles japonais)
« OGM » pour la soupe miso
« pesticides » pour le riz
« métaux lourds » pour le poisson
« antibiotique » pour le pudding

Comme pour beaucoup de personnes, je pensais que alimentation japonaise=alimentation idéale pour la santé. Au point que dès fois, l’on pourrait se dire que même les snacks à la japonaise sont « sains ». Or, au niveau santé, la composition de ces produits ont par moment absolument rien à envier aux pires junk food américains!

De plus, tout les plats dans les chaînes de restauration bon marché ne sont que des aliments préparés en usine de façon industrielle (comme dans d’autre pays d’ailleurs, mais les chaînes au Japon sont très nombreuses!).

Je souhaite de plus préciser que dans ces chaînes de restauration et dans les combini, le riz et autres éventuels produits agricoles japonais viennent bien souvent de Fukushima et environs…

Une préparation industrielle implique l’ajout de charmantes substances sensées déguiser quelque chose en un semblant d’aliment comestible. Par exemple pour la saveur nous avons les arômes qui vont autant pour le sucré que le salé. Et surtout le glutamate en assaisonnement, cher ami de nos neurones, qui n’épargne pas beaucoup d’aliments (des légumes vinaigrés en passant par le poisson séché et la nourriture pour animaux). Il est vraiment particulièrement omniprésent au Japon, pays précurseur avec l’entreprise « Ajinomoto ». Pour l’aspect, nous avons les colorants, les épaississants, on rajoute à ça des agglomérants et pourquoi pas des enzymes pour la viande reconstituée. Ah j’oubliais les conservateurs pour que cela tienne, on s’est pas donné toute cette peine pour que cela soit invendable après deux jours…

Enfin tout cela est une liste non exhaustive que l’on trouve dans TOUT les plats préparés disponibles dans les supermarchés standards et surtout combini (sauf les salades sans sauce et les œufs dur à la rigueur… Quoi qu’il semblerait que l’on ajoute certains produits dans la salade pour qu’elle reste croquante et « fraîche » plus longtemps…)

Alors on se dit naturellement que l’on peut cuisiner sois-même et ne pas consommer les repas déjà préparés, ainsi que limiter les restaurants pas chers. Cependant, lorsqu’on se penche sur les contenus de ce que l’on utilise pour cuisiner, le constat est tout aussi accablant. Glutamate partout, sirop de glucose (maïs transgénique, mais cela n’est bien entendu pas spécifié), additifs divers pour la couleur et la texture, conservateurs

Les produits frais ne sont pas en reste en matière d’insécurité alimentaire. Les japonais, grands consommateurs de poissons doivent être parallèlement de grands consommateurs de métaux lourds et autres substances non recommandables. Et puis ne parlons pas des poissons locaux, après l’incident de Fukushima… Il vaut mieux sélectionner, au pire, ceux de la région de Kyushu ou de la mer intérieure.

La viande alors? Eh bien même si on fait abstraction des viandes importées du Brésil, d’Australie ou des USA (animaux d’élevages insalubres, bourrés d’hormones et d’antibiotiques), les viandes locales ne sont pas super recommandables non plus. Les élevages de volailles suivent le même mode de production que ceux que l’on trouve en Amérique. Et pas étonnant que les œufs ici ont une coquille si fragile. C’est une chose qui m’avais frappée, la transparence et la fragilité des coquilles d’œuf. Je me suis dite que les poules japonaises ne devaient pas être des poules très en forme.

En achetant un jour des œufs de qualités, chers et « bio », j’ai tout de suite vu la différence pour la coquille. Le jaune de certains œufs était suivant lesquels, orange et/ou énorme.

La viande de bœuf japonais, peut-être que cela pourrait être un compromis, mais il faut déjà être riche, et conscient que de nourrir des bœufs contre leur nature (avec dans le cocktail, des OGM) afin qu’ils développent de la graisse intramusculaire ne doit pas être très bon pour la santé du consommateur. La graisse animale étant la pire pour notre constitution. Et puis bon pour cela il faut déjà aimer la viande grasse

Le tofu alors, oui pourquoi pas. Partons du principe que c’est un aliment santé, de plus végétarien. A condition de débourser un certain prix pour du tofu de bonne qualité. Car même s’il est écrit qu’il n’y a pas d’OGM dans sa composition, il faut rappeler qu’en dessous de 5% d’OGM présent dans le produit il n’est pas nécessaire de l’indiquer au Japon.

Il reste alors au moins les légumes, les fruits, les céréales… Et là encore désillusion totale, le Japon est le deuxième plus grand utilisateur de produits phytosanitaires au monde (pesticides etc). Mon erreur en arrivant au Japon était de croquer les pommes à pleine dents, ravie de voir d’aussi belles pommes sans savoir que je croquais dans un magnifique mélange de poison. D’ailleurs les producteurs de fruits eux-mêmes enlèvent une grosse couche de la partie extérieur de leurs pommes avant de les consommer.

J’ai aussi récemment appris que l’on utilisait des hormones, par exemple pour faire grossir les melons et pour empêcher les pommes de tomber des arbres.

Je ne comprenais pas pourquoi aussi au Japon, on pellait tout les raisins, même ceux dont la peau était bonne. A mon avis, c’est le même problème que pour les pommes…!

C’est pour éviter que certaines personnes arrivant au Japon ne fassent les mêmes erreurs que, je souhaitais à tout prix, faire un article là dessus. Je pense certainement à l’avenir développer certains points abordés dans cette publication de façon plus détaillée, mais disons que je dresse là un « rapide » aperçu de ce que la majorité des japonais ont dans leur assiette. Et ce, sans vouloir encore assombrir, le tableau en insistant trop sur le « détail » de la pollution radioactive.

Mais alors, leur longévité ?

Eh bien oui, les personnes âgées ont quand même bénéficié d’une nourriture saine depuis leur naissance. Et mon modeste opinion est qu’un corps en croissance, nourri de façon correcte dès le départ permet à long terme de maintenir des fonctions optimales.

Mais si l’on regarde autour de soi au Japon, l’obésité est galopante, les crises de gouttes chez les personnes dans la trentaine et la quarantaine ne semblent ne pas choquer plus que ça. Les allergies ont explosées, les problèmes de peau atopique aussi etc…

Tout en suivant la tendance mondiale, la si célèbre longévité des japonais risque d’en pâtir à l’avenir.

En attendant que je complète le sujet petit à petit, y a t-il des points sur lesquels vous souhaiteriez en savoir plus ? Que ce soit par curiosité ou juste afin de prendre les bonnes décisions ?

 

Un grand merci à Cali-Tani pour avoir accepté d’illustrer cet article :)

 

Sources:

http://www.francetvinfo.fr/sante/faut-il-chasser-le-saumon-de-nos-assiettes_461282.html

http://www.infogm.org/spip.php?article4192

www.wikipedia.com

http://no-neonico.jp/kiso_problem1/

 

2 thoughts on “Pour vous qui croyez encore que l’alimentation japonais est saine.      日本の食生活、、本当にヘルシーで健全?

  1. Merci pour cette mise au point impactante et pleine de réalisme !
    En ce qui me concerne, pourrais-tu éventuellement propsoer un sujet sur les algues ? Notamment les algues en feuilles utilisées pour confectionner des maki par exemple. Merci ^^
    Aussi, plus dans la forme, pourquoi mets-tu autant d’expressions en gras ? Les autres, je ne sais pas, mais moi, ça « hache » un peu la lecture et la rend finalement plus difficile ^^’
    Bises et continue comme ça, c’est vraiment intéressant !

    • Merci Big’s pour ton commentaire pertinent!
      Pour les algues, c’est vrai qu’il s’agit d’un sujet très intéressant, vu que moi-même je consomme pas mal de nori…!
      Pour le gras, en fait c’était pour les personnes pressées qui cherchent à survoler l’article pour capter l’essentiel et éventuellement donner envie de le lire plus en détail.
      Et puis tout le monde aime le gras, non? 8D
      Ok c’était nul comme blague!
      Bise! ;)

Répondre à Pomme qui Mousse Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>